PARUTION : Hugues Dufourt, La Musique spectrale, une révolution épistémologique et Musique, Pouvoir, Ecriture .

Ouvrages parus pour les éditions Delatour-France, septembre 2014, coll. "Musique & Philosophie" dirigée par Antonia Soulez et Julien Labia.

Hugues Dufourt a le rare privilège d’être à la fois un des compositeurs largement reconnu de la nouvelle génération et un philosophe soucieux de comprendre sa propre pratique et celle des autres dans le contexte de l’histoire et de la société. On trouvera notamment dans ces livres des discussions autour des avatars contemporains du formalisme.

Musique, Pouvoir, Ecriture (Ă©dition revue par l'auteur, 424 p.) :

Faut-il, pour expliquer la musique de notre siècle, suivre le pessimisme apocalyptique d’Adorno pour qui le formalisme n’est qu’une réaction autodestructive devant les diktats de la société de masse? Faut-il, à l’inverse, s’en tenir aux seules nécessités internes de la modernité musicale ?

Musique, pouvoir écriture refuse de s’enfermer dans ce dilemme et tente de montrer que, se greffant sur les données sociales, intellectuelles, scientifiques et techniques du monde moderne, la création musicale du XXème siècle agit comme le révélateur permanent des équilibres et des contradictions qui définissent l’unité et les buts d’une civilisation.

La Musique spectrale, une révolution épistémologique (ouvrage inédit, 490 p.) :

Les diverses interprétations que l’on a données de la musique spectrale offrent une multiplicité de lectures qui brouillent sa compréhension. Or il s’agit d’un courant artistique majeur qui a renouvelé les conceptions de la musique savante dans le dernier quart du vingtième siècle et réformé son outillage intellectuel. Le livre présent ouvre deux voies d’approche : une analyse de la nouvelle esthétique musicale replacée dans son contexte historique général; la mise en évidence d’un type de pensée qui fut indissolublement technique et philosophique. Ce sont les questions elles-mêmes et non les controverses qui sont au premier plan. Cet ouvrage, qui s’autorise quelques incursions dans le domaine sociologique et politique, s’attache principalement au débat de la musique et de la science depuis plus d’un demi siècle. Il montre l’assouplissement progressif des sciences exactes et la capacité des automates modernes à atteindre les échelles inférieures de la perception, découvrant notamment des jeux d’affinités insoupçonnés dans le phénomène sonore. La musique spectrale fut une conquête sur l’art de son temps. Contre l’époque, elle soutint que la création musicale ne consiste pas à penser scientifiquement, alors même que son univers conceptuel est de plus en plus pénétré de sciences. Pour la musique spectrale, le temps musical n’est pas une progression cumulative ni le milieu vide d’une succession de péripéties. Le temps est la forme d’un processus. Ainsi la musique spectrale est-elle l’art d’un devenir nécessaire, novateur, tendu vers l’accomplissement d’une fin.

PARUTION : Hugues Dufourt, La Musique spectrale, une révolution épistémologique et Musique, Pouvoir, Ecriture .

site internet